Travaux récents sur le personnage

En prévision du colloque « « Qui je suis – la question ne vaut plus la peine d’être posée.
 Elle est, disons, caduque. » Ce que le personnage contemporain dit à la critique
 », qui se tiendra à Québec les 6 et 7 juin prochains, l’équipe du RANX a réuni ici quelques uns des travaux sur le personnage et le narrateur-personnage écrits dans les quinze dernières années.

Personnage

ARRIBERT-NARCE, Fabien, Photobiographies pour une écriture de notation de la vie (Roland Barthes, Denis Roche, Annie Ernaux), Paris, Honoré Champion (Poétiques et Esthétiques), 2014, 408 p.

ASSELIN, Guillaume et Simon SAINT-ONGE (dir.), Hommes de paille, récits de paille. La dissimulation dans la littérature, Montréal, VLB Éditeur (Le Soi Et L’autre), 2013.

AUDET, René et Nicolas XANTHOS (dir.), dossier « Le roman contemporain au détriment du personnage », dans L’esprit créateur, vol. 54, n° 1 (printemps 2014), 149 p.

BAMBERG Michael, Anna DE FINA et Deborah SCHIFFRIN (dir.), Selves and Identities in Narrative and Discourse, Philadelphia, J. Benjamins Pub (coll. Studies in Narrative), 2007.

BARRET, Cécile, « Anamnèses romanesques dans la fiction contemporaine. Le personnage transhistorique dans Les Fleurs bleues de Raymond Queneau, Terra Nostra de Carlos Fuentes, Le Turbot de Günter Grass », thèse de doctorat en littérature comparée, Université de Limoges, 2008, 519 f.

BERNIER, Marc-André et SAINT-JACQUES, Denis, « Personnage », dans Le Dictionnaire du littéraire, Paul Aron, Denis Saint-Jacques et Alain Viala (dir.), Paris, Presses universitaires de France, 2002, p. 434-435.

BIRON, Michel, « L’effacement du personnage contemporain : L’exemple de Michel Houellebecq », dans Études françaises, vol. 41, n° 1 (2005), p. 27-41.

BLATTÈS, Susan, « Is the Concept of ‘Character’ Still Relevant in Contemporary Drama? », dans Christoph HENKE et Martin MIDDEKE (dir.), Drama and/after Postmodernism, Trèves, Wissenschaftlicher Verlag Trier, 2007, p. 69-81.

BURNET, Régis, « Du personnage comme médium », Médium, vol. 3, n° 4 (2005), p. 69-79.

CARTER, Adam, « Namelessness, Irony, and National Character in Contemporary Canadian Criticism and the Critical Tradition », dans Studies in Canadian Literature/Études en Littérature Canadienne, vol. 28, n° 1 (2003), p. 5-25.

CHIANTARETTO, Jean-François (dir.), Écritures de soi, Écritures des limites, Paris, Hermann (Colloque de Cerisy), 2014, 446 p.

DAUNAIS, Isabelle (dir.), dossier « Le personnage de roman », dans Études françaises, vol. 41, no 1 (2005).

ECO, Umberto, « Quelques commentaires sur les personnages de fiction », SociologieS, Dossiers Émotions et sentiments, réalité et fiction, mis en ligne le 01 juin 2010.

ERMAN, Michel, « À propos du personnage dans le roman français contemporain », dans Études romanes de Brno, vol. 33, n° 24 (2003), p. 163-170.

ERMAN, Michel, Poétique du personnage de roman, Paris, Ellipses (Thèmes & études), 2006, 143 p.

FROW, John, Character and person, Oxford, Oxford University Press, 2014, 352 p.

GEFEN, Alexandre, Inventer une vie. La fabrique littéraire de l’individu, préface de Pierre Michon, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles (Réflexions faites), 2015, 304 p.

GROS, Karine (dir.), Costumes, reflets et illusions. Les habits d’emprunt dans la littérature contemporaine, Rennes, Presses universitaires de Rennes (Interférences), 2014, 230 p.

HANSTEDT, Paul, « Plot and Character in Contemporary Fiction », dans Shenandoah, vol. 47, n° 4 (hiver 1997), p. 128-138.

JANNIDIS, Fotis, « Character », dans The living handbook of narratology (dernière mise à jour : 14 septembre 2013).

LAKHDARI, Sadi (dir.), La construction du personnage : l’être et ses discours, Paris, Indigo et Côté-Femmes, 2011.

LAVOCAT, Françoise, Claude MURCIA et Régis SALADO (dir.), La fabrique du personnage, Paris, Honoré Champion, 2007, 592 p.

LENAIN, Thierry et Aline WIAME (éd.), Personne/Personnage, Paris, Vrin (Annales de l’Institut de philosophie de l’Université de Bruxelles), 2011.

LETENDRE, Daniel, « Les mots pour me dire. Le personnage comme « devenir-sujet » chez Chloé Delaume et Annie Ernaux », conférence dans le cadre du colloque « Imaginaire contemporain. Figures, mythes et images », Université du Québec à Montréal, 23 avril 2014. Version audio.

LYNCH, Deidre, The Economy of Character: Novels, Market Culture, and the Business of Inner Meaning, Chicago, University of Chicago Press, 1998.

OPREA, Denisa-Adriana, « Une poétique du personnage dans cinq romans québécois contemporains au féminin (1980-2000). Métaféminisme et postmoderne », thèse de doctorat en littératures française et québécoise, Université Laval, 2008, 375 f.

PALMER, Alan, Fictional Minds, Lincoln/London, University of Nebraska Press (coll. Frontiers of Narrative), 2004.

PHELAN, James, Living to Tell about It. A Rhetoric and Ethics of Character Narration, Ithaca/London, Cornell University Press, 2005.

PHILLIPS, Brian, « Character in Contemporary Fiction », dans The Hudson Review, vol. 56, n° 4 (hiver 2004), p. 629-642.

PLUVINET, Charline, « L’auteur déplacé dans la fiction : configurations, dynamiques et enjeux des représentations fictionnelles de l’auteur dans la littérature contemporaine », thèse de doctorat en littératures comparées, Université Rennes 2/Université européenne de Bretagne, 2009, 529 f.

POIRIER Maryse, « L’art de l’esquive : quelques astuces du personnage en quête de soi », Voix et Images, vol. 23, no 3, 1998, p. 515-525.

RINNER, Fridrun (dir.), Identité en métamorphose dans l’écriture contemporaine, Aix-en Provence, Publications de l’Université de Provence (Textuelles/littérature), 2006.

ROSEN, Jeremy, « An Insatiable Market for Minor Characters: Genre in the Contemporary Literary Marketplace », dans New Literary History: A Journal of Theory and Interpretation, vol. 46, no 1 (hiver 2015), p. 143-163.

ROSEN, Jeremy, « Minor Characters Have Their Day: The Imaginary and Actual Politics of a Contemporary Genre », dans Contemporary Literature, vol. 54, n° 1 (printemps 2013), p. 139-174.

ROY, Yannick, La révélation inachevée. Le personnage à l’épreuve de la vérité romanesque, Lausanne, L’Âge d’Homme, 2013.

RYNGAERT, Jean-Pierre et Julie SERMON, Le personnage théâtral contemporain : Décomposition, recomposition, Paris, Éditions théâtrales, 2006, 170 p.

SCHLOBIN, Roger, « Character, the Fantastic, and the Failure of Contemporary Literary Theory », dans Journal of the Fantastic in the Arts, vol. 13, n° 3 (2003), p. 258-270.

SHISHKIN, Timur, « Marginalized Characters in Contemporary American Short Fiction », mémoire de maîtrise, Portland State University, 2011, 56 f.

STALLONI, Yves, « Personnage », dans Dictionnaire du roman, Paris, Armand Colin, 2006, p. 190-192.

XANTHOS, Nicolas, « Formes humaines. Le savoir anthropologique de la fiction contemporaine », dans temps zéro, n° 9 (janvier 2015).

[Collectif], « Personnage », dans Hendrik van Gorp (dir.), Dictionnaire des termes littéraires, Paris, Honoré Champion, 2001, p. 362-363.

 

Narrateurs-personnages

ANGELES MARTINEZ, M., « Storyworld Possible Selves and the Phenomenon of Narrative Immersion : Testing a New Theoretical Construct », Narrative, vol. 22, n° 1 (Janvier 2014).

ANGELO, Adrienne et Erika FÜLÖP (dir.), Protean Selves : First-Person Voices in Twenty-First-Century French and Francophone Narratives, Cambridge, Cambridge Scholars Publishing, 2014, 212 p.

AUDET, René, Claude ROMANO, Laurence DREYFUS, Carl THERRIEN et Hugues MARCHAL, Jeux et enjeux de la narrativité dans les pratiques contemporaines, Paris, Éditions Dis voir, 2006.

BARNABÉ, Fanny, Narration et jeu vidéo. Pour une exploration des univers fictionnels, Liège, Bebooks, (Culture contemporaine), 2014.

BAMBERG, Michel, « Identity and Narration », dans The living handbook of narratology (dernière mise à jour : 23 août 2013).

BIRKE, Dorothe et Tilmann KÖPPE (dir.), Author and Narrator. Transdisciplinary Contributions to a Narratological Debate, Berlin, De Gryuter (Linguae & Litterae), 2015, 274 p.

BLANCKEMAN, Bruno et Barbara HAVERCROFT (dir.), Narrations d’un nouveau siècle. Romans et récits français (2001-2010), Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2013.

DAWSON, Paul, « The Return of Omniscience in Contemporary Fiction », Narrative, vol XVII, no 2 (mai 2009).

FORTIER, Frances et Andrée MERCIER (dir.), La transmission narrative. Modalités du pacte romanesque contemporain, Québec, Nota Bene, 2012.

HORSDAL, Marianne, Telling Lives: Exploring dimensions of narratives, Londres, Routledge, 2011.

KURODA, S.-Y., Pour une théorie poétique de la narration, Paris, Armand-Colin (Recherches), 2012.

MARCHEIX, Daniel, Les incertitudes de la présence : identités narratives et expérience sensible dans la littérature contemporaine de langue française. Algérie-France-Québec, Bern, Peter Lang, 2010.

MARTI, Marc (dir.), « Nouvelles approches de la voix narrative », Narratologie no 5, Paris, L’Harmattan, 2003.

MOLINO, Jean et Raphaël LAFHAIL-MOLINO, Homo fabulator: théorie et analyse du récit, Montréal/Arles, Leméac/Actes Sud, 2003.

NÜNNING, Vera (dir.), Unreliable Narration and Trustworthiness, Berlin, De Gruyter (Narratologia, 44), 2015, 442 p.

RICHARDSON, Brian, Unnatural Voices. Extreme Narration and Contemporary Fiction, Ohio, The Ohio State University Press, 2006.

FacebookTwitterGoogle+

Écouter le personnage

L’émission « Les nouvelles vagues », sur France Culture, a récemment proposé une série sur le personnage. Cinq entretiens donnant la parole à des créateurs à propos de leur/s personnage/s.

FacebookTwitterGoogle+

Nouveauté sur le sujet : John Frow, Character and Person

Parution courant 2014 d’une monographie de John Frow, Character and Person (Oxford University Press). Empan assez large dans l’approche :

Fictional character is an ontologically ambivalent category — at once a formal construct and a quasi-person — which lies at the heart of the life of textual fictions of all kinds. Character and Person explores that ambivalence by investigating not only the kinds of thing that character is but how it works to engage readers and the range of typologies through which it has been constructed in very different periods, media, and genres. John Frow seeks to explore the ways in which character is person-like, and through that the question of what it means to be a social person. His focus is thus on the interaction between its two major categories, and its method involves a constant play back and forth between them: from philosophical theories of face to an account of the mask in the New Comedy; from an exploration of medieval beliefs about the body’s existence in the afterlife to a reading of Dante’s Purgatorio; from the history of humoral medicine to the figure of the melancholic in Jacobean drama; and from Proust and Pessoa to cognitive science. What develops from this methodological commitment to fusing the categories of character and person is an extended analysis of the schemata that underpin each of them in their distinct but mutually constitutive spheres of operation.

Les prétentions éditoriales sont peut-être un peu grandes (« The first systematic study of character of this depth and scope »), mais ça mérite d’être parcouru…

La table des matières est néanmoins intrigante – ça semble plutôt convenu comme regard :

Preface
1: Figure
2: Interest
3: Person
4: Type
5: Voice
6: Name
7: Face
8: Body

À explorer davantage pour voir notamment l’arrière-plan critique (quelles sources, quel bassin critique…).

FacebookTwitterGoogle+

Formes humaines

imaginaire-solo-04_2_2À l’occasion du colloque international « L’imaginaire contemporain » organisé par le centre Figura, René Audet et Nicolas Xanthos ont organisé une journée d’étude intitulée « Formes humaines : le savoir anthropologique de la fiction contemporaine ». Les communications ont été enregistrées et sont disponibles en ligne : http://oic.uqam.ca/fr/evenements/formes-humaines-le-savoir-anthropologique-de-la-fiction-contemporaine

Bonne écoute !

FacebookTwitterGoogle+

Questionner le personnage contemporain – Enregistrements

La journée « Questionner le personnage contemporain » s’est tenue le 21 mars 2014 à l’Université Laval. Vous trouverez ici les enregistrements audio des communications prononcées lors de cette journée d’étude.

Il est possible que certains navigateurs éprouvent des difficultés à lire la totalité des flux audio. Si vous êtes affecté par ce problème, vous pouvez télécharger le fichier voulu au format MP3 et le lire sur votre poste.

– Mylène Truchon, Gabrielle Caron et Raphaëlle Guillois, Mise en contexte et introduction aux enjeux

(Télécharger le fichier)

– Mathieu Villeneuve, « Intertextualité et ironie postmoderne chez Éric Dupont : les personnages de La logeuse »

(Télécharger le fichier)

– Julie Gagnon, « Anthropologie de l’incohérence dans Pourquoi Bologne d’Alain Farah »

(Télécharger le fichier)

– Catherine Renaud, « Résistance du personnage et circularité dans Gros mots de Réjean Ducharme »

(Télécharger le fichier)

– Maud Lemieux, « Le personnage en décalage : troubles narratifs de la représentation dans l’œuvre de Ying Chen »

(Télécharger le fichier)

– MélissaJane Gauthier, « Sujet parasité : se concevoir comme un corps composé des autres »

(Télécharger le fichier)

– Ndèye Bineta Faye, « La construction du personnage de Mabanckou dans Black Bazar et African Psycho »

(Télécharger le fichier)

– Nicolas Xanthos et René Audet, Conclusion

(Télécharger le fichier)

FacebookTwitterGoogle+

Questionner le personnage contemporain – journée d’étude du 21 mars 2014

afficheSe tiendra à l’Université Laval, le 21 mars 2014, une journée d’étude consacrée aux personnages romanesques contemporains. Sept communications seront présentées par des étudiants des cycles supérieurs, toutes liées à la problématique du projet de recherche au fondement de ce carnet web.

Le personnage romanesque est un élément textuel dont l’étude ne saurait faire l’unanimité. Du modèle canonique des classiques à la remise en question du personnage par le nouveau roman, en passant par les études psychanalystes, formalistes et sémiotiques, différentes écoles de pensée ont proposé, au cours du XXe siècle, des manières d’appréhender le personnage et de l’étudier. Toutefois, au début du XXIe siècle, le personnage semble s’éloigner des conceptions plus traditionnelles et la critique peine à circonscrire ses manifestations et ses déroutes. « [L]a nature du héros a changé : il ne s’agit plus du personnage actif et conquérant des romans de Stendhal et de Balzac, mais d’un être de plus en plus passif qui ne fait que développer ses impressions et sa réflexion » (Molino et Lafhail-Molino, Homo Fabulator, p. 168). Tel que l’ont décrit Frances Fortier et Andrée Mercier, il s’agit davantage d’un « ego hic et nunc [qui] met en discours sa vie intérieure dans ce qu’elle a de plus immédiat, sans d’abord se plier aux logiques narrative[s] […] » (Fortier et Mercier, « La narration du sensible », p. 189).

Si, en effet, définir le personnage romanesque comme « un être agissant » ne suffit plus, comment le caractériser ? Quels en sont les contours et les déclinaisons ? Que peut en dire la théorie aujourd’hui et quels peuvent être les impacts de son évolution sur la configuration narrative des récits ? Cette journée d’étude se présente comme un lieu de discussion et de réflexion sur le statut problématique du personnage romanesque. Ainsi, cette journée d’étude sera l’occasion de développer le discours critique sur le personnage contemporain, de marquer son évolution et d’observer ses répercussions sur le roman.

Vous trouverez ici l’affiche et le programme (au format pdf). Bienvenue à tous !

FacebookTwitterGoogle+

Le sentiment un peu flou de sa propre déconnexion

Si bon nombre de personnages contemporains ont l’impression de ne plus prendre part au monde qui les entoure, rares sont ceux qui parviennent à exprimer clairement leur étrange sentiment de déconnexion qui, la plupart du temps, ne trouve d’ailleurs aucun fondement.

Dans son roman Dehors, Éric Laurent nous présente le personnage de Léon Brumaire, un homme de trente-trois ans au chômage, mis à la porte de chez lui. Dépourvu de toute intention quant à son avenir lointain ou immédiat, Léon tente néanmoins de trouver les bons mots pour décrire son état :

« Je ne sais pas c’est un peu flou comme impression un peu nouveau aussi mais il me semble que ces derniers temps ma vie tout entière est devenue sabbatique c’est comme si je m’étais mis en vacance du monde et le plus terrible c’est qu’il n’est pas un seul domaine qui ne soit peu ou prou touché par ce désinvestissement général » (p. 27).

« Vie sabbatique », « vacance du monde », « désinvestissement général » : trois expressions qui illustrent bien ce sentiment un peu flou de déconnexion.

Éric Laurent, Dehors, Paris, Minuit, 2000.

 

FacebookTwitterGoogle+

Hommes de paille, récits de paille

Du surréalisme aux récits de l’extrême contemporain, on constate qu’une relation d’une rare complexité s’est nouée entre la littérature et l’épineuse question de la vérité, du faux et de leur figuration. Il en a résulté un glissement progressif du réel vers son travestissement nourri d’un scepticisme face aux systèmes d’explication reposant sur l’idée de l’unicité du Vrai et de la Raison. Ce tournant relativiste est à l’origine d’un ensemble de phénomènes mobilisés par la littérature, qui peuvent se résumer par l’idée d’une méfiance du texte à l’égard de lui-même, substituant au réalisme du roman classique de nouvelles formes littéraires qui ébranlent le contrat de la représentation du monde. Ce qui conduit à **un effondrement de la mimesis** et à **un éclatement des instances narratives en une polyphonie qui trouble les frontières du sujet**, dont l’une des particularités consiste en la multiplication d’« hommes de paille » et de « récits de paille » afin de se prémunir contre toute éventualité fâcheuse entraînée par l’entreprise de raconter. Il nous paraît urgent aujourd’hui de réfléchir sur la transformation de ces pratiques narratives qui s’offrent comme des « mensonges délivrés de celui d’être vrai », comme disait Adorno.

Auteurs : Guillaume Asselin, Lambert Barthélémy, Françoise Dubor, Walter Geerts, Zhao Jia, Frédéric Marteau, Simon St-Onge, Dominique Soulès, Gabriel Tremblay-Gaudette et Anne Ullmo.

ASSELIN, Guillaume et Simon SAINT-ONGE (dir.), Hommes de paille, récits de paille. La dissimulation dans la littérature, Montréal, VLB Éditeur (Le Soi Et L’autre), 2013, 228 p.

FacebookTwitterGoogle+

Un fanatisme fusionnel

Dans Le Vent dans la bouche de Violaine Schwartz, la narratrice et protagoniste, madame Pervenche, préside une association de grabataires militant ardemment pour que soit réhabilitée Fréhel – une chanteuse française de l’entre-deux-guerres – dans la mémoire collective. Mais l’admiration qu’éprouve madame Pervenche pour Fréhel est telle qu’elle s’identifie complètement à la chanteuse décédée depuis plus d’un demi-siècle: 

Elle était rentrée dans ma tête, elle s’était faufilée à l’intérieur, la nuit pendant mon sommeil, comme un ver dans une pomme, ou un perce-oreille, ou une tumeur, ou un virus, ou la gale. Maintenant, je m’y suis habituée. Je ne lutte plus comme quand je tapais dans les murs, quand j’essayais […] de la faire taire […] . J’attends que ça passe, les yeux plantés dans mon rideau à guetter les couleurs du matin.

On s’en doute, les frontières entre les personnages de madame Pervenche et de Fréhel s’en trouvent passablement perturbées. En effet, tout au long du roman, la narratrice emploie la première personne du singulier autant pour parler d’elle-même que pour raconter en détail la vie de Fréhel qu’elle connaît par cœur; pour revivre, voire s’approprier cette existence si excitante en y insérant des bribes de la sienne, comme ici lorsqu’elle rappelle son rôle de présidente d’association au milieu d’un passage biographique consacré à Fréhel, au milieu d’un passage où madame Pervenche était Fréhel:

J’ai vingt ans, le Tout-Paris au creux de la main et Maurice Chevalier dans la peau. Toutes les nuits, je prends un nouvel amant pour le faire enrager. Le faire bander de rage. Pour m’en protéger. C’est moi qui commande. C’est moi la vedette. C’est moi la présidente. On boit comme des trous, on respire de l’éther, on regarde nos pensées se déployer à l’infini dans l’air confiné de la chambre.

Schwartz, Violaine, Le vent dans la bouche, Paris, POL, 2013.

FacebookTwitterGoogle+

Stephen King… postmoderne ?

Trouvaille inusitée cette semaine : l’écriture de l’auteur américain Stephen King serait, par certains aspects, postmoderne ! C’est à tout le moins ce qu’avance Clotilde Landais dans son ouvrage Stephen King as a Postmodern Author, paru en 2013:

Bien que les études portant sur Stephen King appartiennent traditionnellement au champ de la culture populaire, une partie de son oeuvre, comme The Dark Half et « Secret Window, Secret Garden », apporte un point de vue intéressant sur la fiction contemporaine. S’appuyant sur des méthodes employées en analyse littéraire et en interprétation textuelle, cet ouvrage propose une nouvelle lecture de l’oeuvre de King en l’abordant comme une réflexion littéraire sur l’identité artistique de l’écrivain et sur l’écriture, et en montrant que la description de l’horreur n’exclut pas nécessairement la métafiction. Cet ouvrage vise à servir d’introduction aux principales théories qui influencent la littérature américaine contemporaine, comme la narratologie, la psychanalyse, le postmodernisme et diverses théories de la fiction. (Traduction personnelle)

 

Clotilde Landais, Stephen King as a Postmodern Author, New York, Peter Lang (Modern American Literature: New Approaches), 2013.

 

FacebookTwitterGoogle+